La magie de Lake Placid et de l’amour inconditionnel

Ceux qui me connaissent un peu le savent déjà, je me sens chez moi à Lake Placid et dans les Adirondaks. Depuis 2004 que j’y vais au moins une fois par année pour encourager mon amoureux et/ou des amis qui participent au Ironman du mois de juillet. Et à chaque fois que j’y suis, je me dis la même chose … pourquoi pas moi ?!

Parce que j’ai une peur bleu de l’eau. Non, une phobie.

Miroir Lake

Il n’y a que ÇA qui m’arrête à m’inscrire au Ironman Lake Placid. Car s’il y a un que je veux faire un jour, c’est bien celui-là. Et lundi, à mon retour de Lake Placid, je n’avais que ça dans ma tête… reprendre en main ma phobie de l’eau.

J’ai essayée dans le passé. J’ai même pris contact avec un des meilleurs coach de natation à Montréal. Il est vraiment très compétant et gentil mais je n’étais pas prête. Vraiment pas. Trop d’orgueil mal placé et pas assez de lâcher prise de ma part. Trop de blocage dans ma tête. Ce n’était pas le bon moment pour moi. Ceci-dit, j’ai fais quelques pas en avant dans les dernières années. Comme être capable d’aller dans la partie creuse d’une piscine sans paniquer. Mettre un mini peu ma tête dans l’eau sans avoir peur de mourir. C’était déjà de grands accomplissements pour moi.

Puis j’ai pris une pause. De presque deux ans. J’avais d’autres choses à vivre. Et j’en avais assez d’essayer.

Aujourd’hui comme motivation, je n’ai plus juste envie de devenir une Ironman un jour; j’ai ma fille. Et c’est bien plus fort que toutes les motivations qui existent.

Laurence

Ma fille.

Je ne veux pas lui transmettre ma peur. Elle va toujours dans l’eau avec son père car je ne veux pas qu’elle sente mes craintes et mes insécurités. Je vais tellement passer à côté de quelque chose si je continue à avoir peur. Y penser me donne la larme à l’œil. Je le fais pour moi avant tout mais aussi beaucoup pour elle.

Et ce matin, pour la première fois de notre vie ensemble, je lui ai dit:  »Maman va prendre des cours de natation ce matin parce que j’ai peur de l’eau. Le savais-tu ? »

Je suis fière de lui avoir dit. Je n’ai plus le choix maintenant. M’entendez-vous pleurer de fierté?

Donc hier, j’ai pris la décision d’agir et tout a été très vite. Un courriel à une amie pour avoir les coordo de son coach privé, un coup de téléphone à la piscine, un autre courriel de ceux-ci pour me donner leurs dispo et le rendez-vous était pris pour le lendemain matin, à la piscine du Centre-Sud, tout près de mon travail. C’est à ce moment précis que l’angoisse est entrée. Prendre la décision est une grande étape en soi. Après, je dois juste me présenter et agir. Pour moi, c’est la partie la plus facile. Décider que j’en avais vraiment marre d’avoir peur c’était le geste le plus angoissant. Décider que je DOIS y faire face. Puis, j’ai eu la soirée pour me calmer et une bonne nuit de sommeil pour bien me préparer.

Piscine Centre-Sud

À la piscine ce matin, je me sentais fébrile et relativement calme. Au premier coup d’œil avec ma nouvelle coach, j’ai eu un bon sentiment de confiance. Je lui ai racontée mon histoire en bref ainsi que mes motivations. Puis, nous avons marchés dans l’eau. Nous avions la piscine pour nous seules. On a fait quelques longueurs à la marche avec de l’eau jusqu’aux épaules, le temps que je me sente confortable. Le tout en jasant. Ça n’a pas été long pour que j’apprivoise cette première partie. Puis, on a fait des bulles avec la bouche. Ça aussi, ça allait bien. On a ensuite essayé avec le nez. C’est là que ça bloque pour moi. J’ai beaucoup de difficulté à expirer doucement par le nez en dehors de l’eau alors dans l’eau, avec l’effet de panique, c’est pire. Donc sans pression, nous avons pris un ‘spaghetti‘ flottant et j’ai fais des longueurs vers le creux de la piscine au kick avec l’objectif de mettre ma tête dans l’eau de façon à ce que je sois confortable. J’ai donc fais des bulles avec ma bouche et c’est arrivée à quelques reprises que j’ai réussi à expirer du nez en sortant ma tête de l’eau. À chaque essaie j’essayais d’être de plus en plus relaxe et ça fonctionnais. J’entrais ma tête jusqu’au haut du nez et une fois, à la fin, j’ai mis ma tête complètement à l’horizontal dans l’eau mais j’étais toute tendue. Quand même, ce sont tous des petits pas de franchis. J’étais vraiment MÉGA heureuse tout le long. Et au passage, elle a complimenté mon kick qu’elle trouvait naturel. Ça m’a fait rire car j’ai tellement juste fais du kick dans les dernières années… ça n’a pas servi à rien !!!!

Donc le plan est de la voir deux fois par semaines pour des séances de 45 minutes et je vais essayer d’y aller en solo une ou deux fois de plus.

Je suis sortie de la piscine avec plein de confiance. Ça fait longtemps que je ne me suis pas sentie aussi sûr de moi dans l’eau et dans le potentiel que j’ai d’apprendre et de vaincre cette phobie.

J’ai déjà dit que j’aimerais faire un Ironman pour mes 40 ans. J’ai 37 ans. Mon nouvel objectif c’est de pouvoir nager la distance du ironman pour mes 40 ans. Ou avant. Mais on verra pour l’Ironman. Mon corps est encore fragile alors je n’envisage pas à moyen terme la possibilité de faire du gros volume de course à pied. Et ma priorité c’est ma famille. Le temps et l’engagement que ça prends pour devenir une Ironman, je ne suis juste pas prête à le donner. Par contre, je crois maintenant que c’est possible dans ma vie. Quel âge j’aurai ? On s’en fou. Je le ferai lorsque je le pourrai. Mais je le ferai!

Transition

Advertisements

2 avis sur « La magie de Lake Placid et de l’amour inconditionnel »

  1. Merci de ce témoignage. Je me sens touchée car la peur de l’eau ça me connait aussi.

    Durant des années et des années j’ai suivi multiples cours de natations en me disant que je finirais bien par devenir habituée à l’eau et « experte » en natation. Le résultat était toujours le même: ma technique plafonnait immanquablement car l’anxiété bloquait ma capacité respiratoire et m’empêchait d’effectuer des mouvements de propulsion efficaces. J’étais tellement crispée! Cette tension générale dans mon corps ne favorisait pas sa flottabilité naturelle. J’ai essayé avec différents professeurs de natation, obtenant toujours le même résultat. Je me suis rendue compte qu’un « coach » qui ne comprend pas fondamentalement le stress engendré par cette peur de l’eau est bien impuissant à nous faire adopter de bonnes techniques de nage si le corps et le mental résistent.

    J’ai fini par accepter que je serais toujours un « chicken » dans l’eau et que ma technique de nage serait toujours limitée.

    Puis l’année passée j’ai donné naissance à une petite fille. Avec son arrivée est venue la préoccupation de ne pas transmettre mon aversion de l’eau à ma fille. Pour une ième fois, je me retrouve à chercher un prof de natation pour essayer encore de vaincre mes réticences à nager.

    Sont apparues dans ma recherche internet des information sur l’école Audace. Je n’en croyait pas mes yeux: des cours adaptés aux adultes qui ont différentes difficultés avec l’eau! Pour les adultes! Ça veut dire que je ne suis pas seule à accuser un « retard » dans mon évolution aquatique. Quel que que soit le niveau de peur et/ou problématique avec l’eau, il y a de l’aide chez Audace. Ils offrent des cours en tout petits groupes, sur différents niveaux, pour apprendre à apprivoiser la flottabilité et à se faire confiance pour se garder en sureté. Une fois l’eau apprivoisée, il est possible de continuer avec des cours de techniques de nages qui sont en accord avec les principes de flottabilité et d’efficacité biomécanique.

    Je peux affirmer qu’au cours de la dernière année j’ai fait des bonds de géants et que ma relation avec la natation est beaucoup plus saine. Maintenant je peux me trouver détendue dans l’eau et ainsi mieux canaliser mes énergies sur l’apprentissage des techniques de nages.

    Je recommande fortement l’école Audace et le nom de cet ange de patience et de compréhension qui m’a aidé à accepter, comprendre et avancer: Élise Gaudette.

    Bibiane

  2. Wow! J’ai enseigné / coaché la natation pendant des années, lorsque j’étais étudiante. J’ai eu plusieurs «adultes» qui sont venus vaincre leur peur. J’ai toujours été impresionnée et touchée de leur courage et la majorité d’entre eux avaient la même motivation: ne pas transmettre cette peur à leurs enfants. Cela est un cadeau immense!
    Je sais que cela n’est pas une compétition, mais pour une première séance, je trouve que tu es vraiment très courageuse de t’être rendue si loin.
    Bravo et continue! Tu es si inspirante!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s